JÉSUS
ou
LE CONTRESENS TRAGIQUE
 
  Accueil     Présentation    Extrait     Commande (via Amazon)     Contact  
Jesus ou le Contresens Tragique

DE L’ESSÉNISME AU CHRISTIANISME

Un ouvrage broché de 208 pages
(format 14 x 20,5)
publié par Bernard HEYD, Auteur Indépendant

ISBN : 2-9512762-0-6

TABLE DES MATIÈRES
Au lecteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Préface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
p. 7
p. 11
 
Chapitre premier : Dieu. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre II : Le peuple juif. . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre III : Le prophète. . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre IV : Annonce d'un Messie. . . . . . . . . . .
Chapitre V : Généalogie. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre VI : Paternité divine. . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre VII : Fils du Père. . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre VIII : Les manuscrits de la Mer Morte. .
Chapitre IX : Vie cachée. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre X : Tentation de Jésus. . . . . . . . . . . . .
Chapitre XI : Divergences bibliques. . . . . . . . . .
Chapitre XII : La justice. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre XIII : La Passion. . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre XIV : Résurrection. . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre XV : Le contresens tragique. . . . . . . . .
Chapitre XVI : L’Islam. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre XVII : Les Temps du Salut. . . . . . . . . .
Oracle de YHVH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
p. 15
p. 19
p. 27
p. 35
p. 45
p. 51
p. 59
p. 65
p. 79
p. 99
p. 117
p. 125
p. 139
p. 149
p. 161
p. 167
p. 179
p. 187
 
Postface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Références. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bibliographie succincte. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
p. 201
p. 203
p. 205
 

-

4ème DE COUVERTURE

--Diplômé de l'Université de Théologie Catholique de Strasbourg, l'auteur a vécu intensément sa foi chrétienne jusqu'au jour où il a cherché à savoir si le Nouveau Testament parachevait bien l’Ancien Testament.

--De cette réflexion théologique sur les Textes bibliques est né cet essai qui, loin de l'Enseignement traditionnel de l'Église, propose ici une autre exégèse des Évangiles à la lumière des manuscrits de la mer Morte.

--Si l’auteur s’interroge sur le messianisme de Jésus et, à plus forte raison, sur sa divinité, il ne remet pas en cause, pour autant, l'existence du Dieu de la Genèse, le Dieu d'Israël, le Dieu des Nations.

h

AU LECTEUR

--- Mais ce plongeon dans le monde « laïc », après des années de séminaire, n'avait nullement altéré ma Foi. Mes convictions religieuses étaient intactes et la pratique dominicale restait assidue. Par la suite, les réunions liturgiques et les animations de messe ont contribué à approfondir un peu plus cette Foi par le biais de la recherche et de la méditation des textes bibliques. Pourtant, une question me hantait depuis quelque temps et à laquelle je n'avais pas de réponse raisonnée. Pourquoi le peuple juif n'a-t-il jamais voulu reconnaître Jésus comme le Messie ? II devait bien y avoir une explication et, s'il y en a une, il n'y avait pas de raison que je ne la découvrisse pas à mon tour. Certes, je ne connaissais pas la tradition orale juive, mais par contre je possédais leur tradition écrite : la Thora ! Et c'est ainsi que, durant deux ans et d'une manière acharnée, j'ai passé mon temps à lire et relire la totalité du Pentateuque et des Prophètes à l'affût du moindre indice. Tout mon temps libre y était consacré au point d'exaspérer mon entourage immédiat Au bout de mes deux années de recherche obstinée, et devant le peu de résultat tangible, j'ai décidé de procéder différemment en reprenant la lecture de l'Évangile pour voir la cohérence du message évangélique avec celui de la Thora. Et là, surprise ! je venais de quitter un monde et de rentrer dans un autre dans lequel je n'avais plus mes repères : ni le texte, ni le ton, ni les paroles de jésus, ni sa manière d'agir ne correspondaient à ceux des écrits appelés improprement « l'Ancien Testament ». C'était comme le jour et la nuit : d'un coté les textes mettent en avant YHVH, de l'autre, le Dieu d'Israël avait disparu au profit de Jésus. Et c'est à ce moment là que j'ai eu la révélation que Jésus ne pouvait prétendre au titre de prophète de YHVH, et encore moins à celui de fils de Dieu. Mais, je viens d'employer un mot malheureux : c'est celui de révélation qui, dans l'imagerie populaire, implique apparition d'anges, tonnerre, éclairs et tremblement de terre. II n'y a rien eu de tout cela, hormis l'anéantissement de ma personne qui voyait s'écrouler, en quelques secondes, quarante-cinq ans de vie chrétienne assidue. Alors, plutôt que de parler de révélation, disons que cette intime conviction était d'une telle intensité que j'ai fini, quelques jours plus tard, par casser crucifix et jeter toutes images saintes. Mais restait à démonter le mécanisme de la divinité pour redonner à Jésus sa véritable dimension : celle d'un homme. En effet, durant les trente années précédant sa vie publique, Jésus a bien dû vivre quelque part. Les quelques tentatives de réponse à partir des Évangiles donnèrent peu de résultats probants. Et c'est à la lecture du livre d'André Dupont-Sommer sur les manuscrits de la mer Morte que les portes de l'inconnu allaient s'ouvrir. Avec ces textes anciens je me retrouvais à nouveau en pays de connaissance, mais cette fois-ci avec les textes du Nouveau Testament. Du coup, l'Évangile, longtemps présenté comme une nouveauté, se trouve réduit à n'être qu'en partie l'écho parvenu jusqu'à nous d'une Voix oubliée et occultée, qui jadis « criait » dans le désert de Juda.
---Faut-il rappeler que ces quelques pages, résultat d'une réflexion personnelle sur des Textes sacrés, ne se veulent nullement scientifiques, au sens strict du terme. Ouvrage avant tout théologique, les citations viennent étayer l'argumentation. La fréquence de ces citations peut certes surprendre et choquer, mais il a paru plus judicieux de les reproduire, que de demander au lecteur d'entrecouper sa lecture par une recherche fastidieuse des textes bibliques.

h

Ch VI Annonce d'un Messie (extrait)

--A la naissance de Jésus, les conditions nécessaires à la réalisation messianique étaient loin d'être remplies. Pourtant les chrétiens affirment que Jésus est bel et bien celui en qui se sont accomplies les prophéties! Où donc est la vérité? Le croyant sera contraint de choisir entre deux éventualités: ou bien les prophètes ont raison en prédisant la venue d'un Messie pour les juifs, et dans ce cas Jésus ne peut être le Messie, ou alors, si Jésus est effectivement le Messie, alors les prophéties sont vaines et fallacieuses. Mais mettre en doute la parole des prophètes revient à nier toute inspiration divine et, par voie de conséquence, à jeter la suspicion sur la totalité des écrits bibliques. Or l'annonce du Messie repose justement sur ces écrits. Que disent donc les textes à son sujet? ...

h

Ch XVI L'Islam (extrait)

--Alors que le Christianisme vacille sur ses fondements, faut-il chercher refuge dans l'Islam? Cette dernière des religions monothéistes est-elle la meilleure des religions selon l'affirmation même du Coran?
... Il semble que certains textes du Coran soient en totale contradiction avec ceux de la Bible, et tout particulèrement avec le sixième commandement qui interdit l'assassinat. En effet, l'ordre de combattre et d'exterminer les "effaceurs d'Allah" revient comme un leitmotiv dans le Coran:
   Combattez dans le sentier d'Allah ceux qui vous combattent.
   Ne trangresser rien: Allah exècre les transgresseurs.
   Tuez-les là où vous les rencontrez ...
(Sourate 2,190-192)

... On comprend alors plus aisement pourquoi les intégristes, forts de cette caution coranique, n'hésitent pas à mettre le fusil et la bombe au service de l'Islam et à tranformer l'invocation "Allah agbar", qui se veut une glorification de leur Dieu, en un cri de ralliement, de guerre et de haine. Et rien de plus facile pour galvaniser et fanatiser les combattants que de leur faire croire qu'ils sont le bras armé de Dieu: ce ne sont plus eux qui tuent, c'est Allah!
   Vous ne les avez pas tués, c'est Allah qui les a tués.
   Quand tu as tiré, ce n'est pas toi qui as tiré,
   c'est Allah qui a tiré pour éprouver les adhérents ...
(Sourate 8, 17)

h

    Accueil  |  Présentation  |  Extrait  |  Commande (via Amazon)  |  Contact

Tous droits réservés. © Bernard Heyd - 2000-2020 - Pour une autoédition de qualité.